Bruno Copol : qui es-tu ?

Retourner au sommaire
Parisien dans l’âme, Guadeloupéen dans le cœur, mon parcours, aussi atypique qu'il soit, résume parfaitement la personne que je suis : un « touche à tout » ! J’ai d’abord cru en mes rêves, devenir un joueur de foot professionnel mais comme pour beaucoup, une blessure m’a contraint à revoir mon plan de carrière. foot et musique Je suis alors passé par la case étude, mon BTS en poche, j’ai très vite décroché mon premier emploi. S'ensuivra la création d’un magazine de foot, puis la création d’un Label de musique. Je suis quelqu’un de très curieux, en vérité je suis comme une éponge : ce qui me touche, je l’absorbe. commercial Wiz  

Comment qualifies-tu ton arrivée chez Wizi ?

C’est une opportunité professionnelle tout simplement. J’étais responsable de secteur, la société pour laquelle je travaillais m'a proposé un nouveau challenge. On m’a alors recommandé en tant que responsable commercial auprès de Julien Lozano, le fondateur de Wizi. On peut dire que ça a accroché direct ! Le projet m’a énormément plu, une opportunité de se réaliser une énième fois, j’adore ça !

Sur une échelle de 1 à 10, ou te situes-tu en termes de bizarrerie ?

7, assez bizarre...

Je croise ton meilleur ami dans la rue, que me dira-t-il de toi ?

Il dira avant tout que je suis une personne loyale, et qu'à la minute ou nos esprits se rencontrent c'est le feu d'artifice, de vrais sales gosses !

Quelle est ta plus grande fierté ?

Ma fille, sans aucun doute.

Quel est le moment le plus honteux que tu aies vécu ?

En primaire, j’avais 8 ans et j’ai fait pipi sur moi, mon meilleur ami était le seul au courant, il m'a couvert. J’ai alors passé la journée entière avec mon manteau autour de la taille, je crois que je suis resté traumatisé...

Tu gagnes 1 million d’Euros, tu fais quoi en premier ?

Je finis la construction de la maison de mes parents aux Antilles.

En tant que doyen de l’équipe, un petit conseil d’ancien pour ta team ?

perseverance Ne jamais rien lâcher dans la difficulté parce qu’on ne sait jamais ce que demain nous réserve. Un maître mot : la persévérance.              
Retourner au sommaire