Crédit immobilier : déclaration aux impôts

Retourner au sommaire

Lors de la déclaration de revenus aux impôts, beaucoup d'entre vous ne savent pas s'ils doivent faire part de leur crédit immobilier. Il n 'est pas toujours facile de se retrouver dans les déclarations.

Il possible, dans certains cas, de déclarer les intérêts de votre prêt immobilier de manière à réduire ses impôts pour 2019. Certains achats ne vous permettent pas de réduire vos impôts.

Le crédit immobilier pour votre résidence principale ou secondaire

Durant quelques années à existé le crédit d’impôt immobilier. Il consistait à déduire une partie des intérêt d'emprunt de votre crédit immobilier pour votre résidence principale sur vos revenus dans le but de diminuer vos impôts était encore possible entre 2007 et 2010. Ce n'est aujourd'hui plus le cas. L'administration fiscale envoyait un chèque du montant des intérêts aux personnes ne payants pas d’impôts à l’époque. Ce crédit d’impôt immobilier s'appliquait alors sur 5 années, aujourd'hui il n'existe plus pour les personnes ayant acheté un bien entre 2007 et 2010. Les personnes ayant investit dans un logement neuf BBC en 2010 peuvent encore en bénéficier et déduire des intérêts de leur prêt. Depuis 2011 il existe une nouvelle sorte de crédit d’impôt sur les intérêts, en effet il a été remplacé par le prêt à taux zéro. Désormais, il n'est plus possible de réduire vos impôts après un investissement immobilier en ce qui concerne les résidences principales ou secondaires. Aujourd'hui, le seul moyen de réduire le coût des remboursements de crédit immobilier est de profiter des taux d'emprunt bas et ainsi de racheter votre prêt immobilier ou d'effectuer une renégociation.

Le prêt immobilier pour un investissement locatif

Les banques accordent souvent des prêts pour les investissements locatifs et cela même sans apport personnel. Le cas du prêt immobilier pour un investissement locatif est différent de celui pour une résidence principale et offre d'avantage de bénéfices et d'opportunités.
GEREZ SEUL ET FACILEMENT VOTRE LOCATION
En effet, grâce à l'investissement en immobilier locatif il est possible de réduire les intérêts payés de vos revenus fonciers, selon votre régime fiscal et même si votre bien n'est pas encore loué.

Déclaration des revenus fonciers au régime réel

Tout comme vos revenus d'activité professionnelle, vos revenus fonciers doivent être déclarés aux impôts. Il existe deux sortes de régime, le régime micro-foncier et le régime réel. Le régime réel concerne les revenus fonciers dépassant le seuil des 15 000 euros. Pour déclarer ces revenus fonciers au régime réel, il faut ajouter tous les loyers bruts hors charge dans vos calculs. Il vous est ensuite possible de déduire les frais liés à votre logement, y compris les intérêts d'un emprunt immobilier, ce qui permet de payer moins d’impôts sur ces revenus fonciers. Si vous déclarer plus de frais que de revenus, ceci est un déficit foncier, ceci peut arriver à la suite de travaux. Ce déficit foncier pourra alors être déduit de votre autres revenus ou sur les revenus fonciers des prochaines années.

Déclaration des revenus locatifs au micro foncier

Le second régime lié au prêt immobilier locatif est le micro foncier. Il est moins compliqué que le régime réel. Il concerne un revenus fonciers inférieur à 15 000 euros par an. Ce type de régime vous donne la possibilité de ne pas déduire les intérêts du prêts immobiliers, ni les autres charges et frais de votre bien. Grâce à ceci, l’abattement forfaitaire de 30 % sur vos loyers bruts hors charge baissera la prise en charge de vos déclarations par les impôts. Ceci signifie que vous ne paierais pas d’impôts sur la totalité de vos revenus fonciers, ce qui est un fort avantage. Avec ce régime vous n'avez pas besoin d'emprunter une somme à la banque pour financer votre investissement.
Retourner au sommaire