PropTech : faites confiance à l'Intelligence Artificielle (IA)

Retourner au sommaire

PropTech : Pour sélectionner le locataire idéal, ne faites pas confiance à votre instinct, faites plutôt confiance à l'Intelligence Artificielle (IA).

Depuis quelques mois tous les domaines d’activité économique sont progressivement saisis par une angoisse existentielle attisée par des médias avides de nouvelles modes.

Et si l’on avait raté le virage de l’intelligence artificielle (IA) ?

Comment insérer de l’IA dans mon système d’information (et où, et pourquoi, et comment) pour ne pas me faire dépasser par mes concurrents qui bien évidemment vont l’utiliser ? De fait, nous n’avons pas encore compris pourquoi, où et comment la blockchain allait révolutionner notre monde que déjà il faudrait se précipiter vers ce nouvel Eldorado ! Bien évidemment le monde de l’immobilier n’échappe pas à cette ruée et nombre d’outils, de techniques et de logiciels se retrouvent soudain affublés d’une toute nouvelle intelligence ! Alors prenons un peu de recul et voyons ce qu’il en est, par exemple, du secteur de la location immobilière de longue durée. proptech

Un peu d’histoire ?

Tout d’abord il nous faut relativiser la nouveauté que représentent les techniques d’IA. Elles datent pour la plupart des années 60 et n’ont longtemps enfanté que des applications concrètes très limitées. Ce sont les progrès en matière d’algorithmique, la disponibilité d’informations en masse (big data) et la démultiplication régulière de la puissance de calcul des ordinateurs qui ont permis depuis quelques années de « réveiller » des challenges anciens jusqu’à supplanter  l’humain dans ses chasses gardées telles que le jeu d’échecs ou de go.
LOUEZ VOTRE BIEN DE PARTICULIER À PARTICULIER
Mais s’il parait opportun de remettre sur la table des problématiques anciennes non résolues (reconnaissance faciale, langage naturel, …), il est tout aussi prometteur (et novateur !) d’imaginer et de développer de nouvelles applications concrètes de l’IA.

L’IA et la location immobilière

Si l’on recense les applications cibles de l’IA pour optimiser les activités de la location immobilière, on retrouvera les incontournables chatbots qui traiteraient, à un premier niveau, les appels clients d’un réseau d’agences, le matching propriétaire/locataire « intelligent », … et quelques autres applications plus « spécialisées ». Mais sans gamberger sur le fait qu’un outil « intelligent » risque d’être hors-jeu dans un processus de décision où l’affectif est souvent roi, on peut malgré tout constater que le compte est encore maigre ! Alors, pour identifier de nouvelles fonctionnalités, de nouveaux services que pourrait réellement rendre l’IA, pourquoi ne pas l’appliquer à des sujets qui engagent la capacité qui la caractérise le mieux, l’apprentissage ? Car s’il est un domaine où l’IA produit des résultats concrets et incontestables c’est bien celui qui nécessite d’engranger des centaines ou des milliers de cas pour progressivement être capable de déduire le résultat de situations nouvelles. C’est ainsi, par exemple, qu’une IA se révèle progressivement capable, après présentation de nombreux visages dont on lui précise l’âge, de déduire l’âge de nouveaux visages présentés sans que l’on ait programmé les paramètres à prendre en compte. Mais aussi qu’elle se révèle capable d’identifier des critères de détermination de l’âge qu’on n’aurait pas imaginés comme par exemple la taille relative du nez et des oreilles dans un visage (ces éléments du visage grandissent tout au long de la vie) alors qu’on aurait plutôt imaginé le nombre de rides et la couleur des cheveux ! Et s’il est un sujet central dans le domaine de la location immobilière, c’est bien celui de l’appréciation d’un dossier de candidature locataire qui détermine ce que sera l’histoire d’un nouveau lot de gestion : « un long fleuve tranquille » ou une aventure judiciaire sans fin.

Wizi et l’IA appliquée au Smart scoring

C’est fort de ce constat que Wizi, l’application qui couvre la totalité du parcours de location pour les propriétaires et locataires, développe progressivement son outil de Smart scoring. Puisque entièrement digitalisée, de l’annonce à la mise en gestion d’un logement, l’application Wizi  est bien placée pour se positionner en pionnière dans l’appréciation plus fine du risque locatif d’un dossier de candidature et l’évaluation du niveau de garanties d’assurance nécessaire pour couvrir ce risque. Car si l’expérience humaine est capable d’identifier certains critères de qualification d’un dossier, l’IA, en traitant la masse de l’historique des dossiers clos et en cours, devrait en révéler bien d’autres. Avec pour conséquences une qualification amont plus rapide, moins de temps passé (ou perdu !) sur les dossiers, un taux maitrisé de litiges à gérer et au final un meilleur service rendu au client.
Retourner au sommaire