13 conseils pour réussir son investissement d'immobilier locatif

Retourner au sommaire

Lorsqu’on est un débutant, rechercher des conseils pour investir dans l'immobilier peut permettre d’éviter des écueils qui risquent de compromettre votre succès. Pour vous y aider, nous avons sélectionné 13 conseils qui vous garantiront un retour sur investissement.

1- Veillez au choix d’un bon partenaire au moment de l’achat d’un logement

Nouveau dans l’investissement locatif, vous voulez vous donner plus d’assurance en vous adjoignant un partenaire. Avant de vous décider, posez-vous sérieusement la question de savoir si c’est vraiment nécessaire. Qu’est-ce qu’un partenaire peut-il vous apporter que vous n’avez pas ? S’il n’apportera aucune plu value à votre affaire, il est préférable que vous vous absteniez car il est difficile de préjuger de la tournure que votre partenariat pourra prendre à long terme. Ne pensez surtout pas que votre relation actuelle survivra nécessairement aux difficultés de gestion de votre affaire.

2- Négociez et vous obtiendrez

négociation immobilier

Renégocier son crédit immobilier auprès de sa banque est une possibilité prévue par de nombreux dispositifs mais tant que vous ne faites pas le premier pas, aucune institution financière ne vous proposera une telle opportunité. Profitez des périodes de baisse de taux d’intérêts pour faire votre demande.

3- Dotez-vous d’un fonds de sécurité

Entre autres conseils pour investir dans l'immobilier, veuillez vous constituer un fonds de réserve pour éviter de vous retrouver à dépourvu et de recourir à de nouveaux emprunts pour certains travaux d’entretien de votre local.

LOUEZ VOTRE BIEN DE PARTICULIER À PARTICULIER

4- Soyez ordonné et organisé

Il est important de bien vous renseigner sur les formalités à remplir chaque fois que vous aurez affaire à un nouveau locataire. Une fois toutes les informations à votre disposition, faites en sorte de gagner du temps en ayant à portée de main tous les documents dont vous aurez besoin avant, pendant et au terme du contrat. Vous pouvez télécharger gratuitement ceux-ci sur internet. Avoir aussi dans un classeur toutes vos factures et tickets, vous fera gagner du temps au moment de la déclaration d’impôts.

5- Déclarez au fisc tous vos travaux

travaux investissement locatif  

En tant que bailleur, il vous revient de prendre en charge certaines dépenses d’entretien de votre local. En contrepartie, vous pouvez déduire les montants y afférents de vos impôts à condition que ces travaux n’aient pas été exécutés dans le noir. Les petits arrangements avec les artisans vous reviennent plus chers que la signature des contrats avec un professionnel. Par ailleurs, la plupart des travaux dans l’immobilier sont couverts par diverses assurances comme la garantie décennale. En l’absence de contrat avec votre artisan, vous serez sans couverture en cas de dommages occasionnés par les travaux.

6- Gagnez en qualité et en temps dans les travaux

Un logement nécessite toujours des travaux dont certains ressortent de la responsabilité du propriétaire. Vous pouvez être souvent tenté d’en réaliser autant que vos compétences vous permettent, surtout si vous aimez le bricolage. Mais, quelles que soient vos compétences, il est important de recourir à des professionnels pour plusieurs raisons parmi lesquelles le gain de temps et la qualité du travail. Mieux, confier les travaux de votre logement locatif vous permet d’obtenir des déductions d’impôts et de bénéficier d’une garantie en cas de mauvaise exécution.

7- Effectuez rapidement les réparations

Il en est ainsi de tous les domaines de la vie comme de votre local : un problème mineur non résolu immédiatement en entraîne d’autres et si vous n’y prenez garde, vous vous retrouvez à faire de grosses dépenses là où il aurait fallu d’un peu d’argent pour régler la situation de départ. De plus, le logement étant occupé par un tiers qui, en compensation paie un loyer, vous devriez vite faire les réparations pour le confort de ce dernier et pour conserver auprès de lui une bonne image.

8- Sachez sélectionner les garants du locataire

Pour réduire les risques de vous retrouver face à un locataire insolvable, la plupart des propriétaires exigent la caution d’un tiers. Ce dernier doit donc avoir une envergure financière conséquente mais aussi un lien familial ou parental avec le candidat à la location. Excluez les copains car ceux-ci peuvent lâcher votre locataire à tout moment. Après tout, ils peuvent avoir donné leur caution en étant convaincus qu’un problème ne surviendrait jamais.

9- Optez pour des modes de payement autres que l’espèce et le chèque

Même si le payement en espèce est autorisé à concurrence de 3000€, de même que le règlement du loyer par chèque, vous avez intérêt à exiger des virements bancaires. Les deux premiers modes de payement vous obligent à vous rendre dans votre banque soit pour déposer les espèces soit pour régler le chèque. Dans les deux cas, il s’agit là de pertes de temps récurrentes d’autant plus que vous êtes tenus de faire cette course à chaque payement. A défaut de virements bancaires, vous demandez à votre locataire un payement par prélèvement automatique tout en sachant qu’il n’y est pas tenu par la réglementation.

10- Faites bien l’état des lieux

état des lieux  

Etabli à l’entrée et à la sortie, l’état des lieux est un constat écrit de l’état effectif du local au début et à la fin du bail. Bien fait, il évite des tiraillements entre le propriétaire qui tient à se faire dédommager pour des avaries et le locataire qui veut récupérer sa caution. Pour éviter des conflits, soyez très précis dans la description des différentes parties de votre logement et prêtez attention aux détails pendant les deux phases de l’état des lieux. Pour être sûr de ne rien omettre à l’entrée, vous pouvez recourir à l’expertise de tiers ou télécharger des états sur internet tout en veillant à ce qu’ils correspondent à votre situation.

11- Participez aux réunions des copropriétaires

reunion copropriété

Investir dans une copropriété vous oblige à collaborer avec les autres propriétaires dans la gestion des parties communes de vos logements. Pour cela, plusieurs réunions peuvent être convoquées dans ce cadre, la plus importante étant l’assemblée générale annuelle. D’importantes questions y sont débattues et parfois des décisions qui ne vont pas dans votre intérêt peuvent être prises si vous en êtes absent.

12- Protégez-vous des amis et de la famille

Les propriétaires redoutent toujours de se retrouver face à des locataires qui n’honorent pas leurs engagements. Les relations en prennent inévitablement un coup. Pour éviter de vous engager dans un bras-de-fer avec des membres de votre famille ou des amis, évitez de leur louer votre local. Cela d’autant plus que même s’ils paient régulièrement, ils chercheront à obtenir des avantages qui ne vont pas nécessairement dans votre intérêt.

13- Actualisez vos informations sur l’évolution de la législation

Le secteur du logement locatif est encadré par plusieurs réglementations et textes de loi. Mais, plus important à savoir, c’est que ces dispositifs subissent régulièrement des modifications, ce qui vous amène à rester à l’écoute des évolutions éventuelles de la législation.

Retourner au sommaire