Louer son logement en colocation : mode d’emploi

Retourner au sommaire

Face à la hausse des loyers, beaucoup de locataires optent pour la colocation pour partager le coût de location d'un logement. Ce mode de location est une solution prisée des étudiants et des jeunes actifs aux revenus faibles ou encore instables. Pour le bailleur, quelques précautions sont à prendre avant de mettre son bien immobilier en colocation.

En quoi consiste la colocation d'un logement ?

La colocation est la location par deux ou plusieurs locataires d'un même logement, qui constitue leur résidence principale. Ils sont désignés sous le terme de colocataires. Ils peuvent être des concubins, des frères et sœurs, des amis ou même des personnes qui ne se connaissent même pas. Cependant, les époux et les partenaires de PACS ne sont pas concernés. Conformément à la règlementation, tous les locataires doivent figurer sur le contrat de bail. Aussi, toute personne qui n'y figure pas, mais occupe le logement, est sans droit ni titre et considéré comme un simple hébergé.

Qu'en est-il du contrat de bail en matière de colocation ?

En colocation, deux options s'offrent au bailleur concernant le contrat de bail. La première est de signer un bail unique pour l'ensemble des colocataires. Dans ce cas, le bailleur est en droit d'exiger le paiement en une seule fois, par mois, du montant intégral du loyer. L'autre possibilité est d'établir un bail pour chaque locataire. De ce fait, chaque bail porte sur une pièce précise du logement tandis que chaque locataire dispose de son propre bail. En plus, le bailleur doit détailler leur vie en communauté et l'usage des parties communes, des équipements, etc.

Pourquoi insérer une clause de solidarité et d'indivisibilité ?

Afin de se protéger d'une éventuelle défaillance d'un des colocataires, le bailleur peut insérer dans le contrat de bail une clause de solidarité et d'indivisibilité. Ainsi, tous les colocataires inscrits sur le bail sont tenus conjointement, solidairement et indivisiblement vis-à-vis du bailleur pour le paiement du loyer, des charges et autres accessoires.
GEREZ SEUL ET FACILEMENT VOTRE LOCATION
De plus, ils sont solidaires pour les dégradations constatées. Par ailleurs, le locataire sortant reste solidaire des autres colocataires six mois après son préavis. Par contre, en cas de bail unique, la solidarité prend fin dès qu'un locataire occupe la pièce vacante.

Quelles précautions prendre pour une location en colocation ?

Qu'il s'agisse de bail unique ou de plusieurs baux, il est préférable de demander un garant. Cela est même recommandé si le bailleur prévoit de louer son bien à des étudiants ou des jeunes aux faibles revenus. Il lui est possible de demander autant de garants que de colocataires. À titre d'information, les personnes qui se portent garantes s'engagent à s'acquitter de la totalité du loyer en cas de non-paiement par les occupants. Enfin, concernant les charges, le bailleur a le choix entre appliquer des charges réelles ou les facturer au forfait.
Retourner au sommaire